LA VIE REPREND SON COURS VERS 1670
ET POURSUIT SON EVOLUTION DANS NOS CAMPAGNES

      A la fin de la guerre, après l'abandon des maisons et des terres, il n'y avait pas d'autres alternatives que de reconstruire.

      Les premiers arrivés ne trouvèrent plus les marques dans les champs, ce qui devint sûrement un sujet de discorde entre les laboureurs et les plus riches.

      Les terres appartenant toujours à l'Evêché de Metz (données à l'abbaye de Saint-Avold pour l'exploitation), tous les laboureurs étaient locataires des terres des bans de Guessling et de Hemering. C'est donc aux moines que revint la responsabilité de réorganiser la nouvelle distribution de ces terres en 1684 et de poser de nouvelles bornes pour éviter le prolongement des discordes entre les laboureurs.

      Les partages furent réalisés et de nouveaux noms furent octroyés aux différentes parcelles : Le Hondsbill, Grosmärchenheck, Guemendal, Krentzerschlag, Hinschel, Le Grewen, En Emsbrill, En Zeyners Vinkel,...
Il existait environ 140 noms de lieux sur Guessling et Hemering. Qu'il y ait eu des mécontents lors de ces distributions ne surprendra personne !

      Voici quelques-uns des plus gros bénéficiaires de l'époque : Hesse, Becker, Peter, Philippe, Sondag-Coune, Schneider, Baur, Potte, Muller, George Klein, né en 1609 et décédé en 1699, ancien maire ainsi que son fils Jean Klein. Nous signalons également lors de la distribution des terres, Jean Klein (Cleine Maire) en 1684, originaire de Bistroff et les Dames Religieuses Bénédictines de St Nabor.

      On relève 400 habitants à cette époque, ce qui paraît peu : il n'y avait alors que 80 foyers pour Guessling et Hemering !


precedentsuite

retour page d'accueil | sommaire de la brochure